Accueil > Actualité > Archives > Abattoir de Bastogne : vers la reprise des activités courant du premier trimestre 2020

Abattoir de Bastogne : vers la reprise des activités courant du premier trimestre 2020

Le 06/12/2019

Bonne nouvelle pour les secteurs agricole et agroalimentaire : Monsieur et Madame SWAEGERS, père et fille, ont fait le choix d'investir en province de Luxembourg. Ils ambitionnent de relancer l'abattoir de Bastogne dans le courant du premier trimestre 2020.

Suite aux déclarations de faillite des sociétés AMB et Qualibeef prononcées le 20 août 2019, le Collège des curateurs, le Comité de secteur du « Centre de valorisation de la viande de Bastogne » d'IDELUX Développement et IDELUX Finances ont lancé un appel d'offres, avec un cahier des charges très précis, en vue de rechercher un repreneur de l'ensemble du site (plus de 6 hectares dont plus de 17 500 m² de bâtiments). Une campagne de prospection internationale, en collaboration avec l'Agence wallonne à l'Exportation et aux Investissements étrangers (AWEX) et la SOGEPA, a été lancée par IDELUX Développement auprès d'une cinquantaine d'acteurs du secteur.

Au terme de ces démarches, le Comité de secteur du « Centre de valorisation de la viande de Bastogne » réuni ce 4 décembre ainsi que les Conseils d'administration d'IDELUX Développement et d'IDELUX Finances de ce 6 décembre ont décidé d'accepter l'offre de Monsieur et Madame SWAEGERS et donc de finaliser avec eux le processus de reprise. Il en est de même de la curatelle composée de Maîtres HUART, MOTTET et LEQUEUX.

Monsieur Jan SWAEGERS, 42 ans d'expérience dans le secteur de la viande et de l'abattage, et sa fille Charlotte, ingénieure commerciale ayant une expérience de 7 ans dans le secteur de la viande, ont marqué leur intérêt dans la reprise de l'abattoir de Bastogne. Ils proposent un ambitieux plan de relance de l'activité de production par phases successives. Celui-ci repose sur l'emploi local et sur un partenariat privilégié avec le tissu agricole de proximité afin de garantir la qualité des produits et le bien-être animal qui sont au cœur de leurs préoccupations.

Le souhait de toutes les parties est de redémarrer les activités de l'abattoir le plus rapidement possible (début 2020) dès la finalisation des conventions à intervenir.