Accueil > Actualité > IDELUX Eau, un travail quotidien pour des eaux de surface et un environnement de qualité.

IDELUX Eau, un travail quotidien pour des eaux de surface et un environnement de qualité.

Du 12/03/2021 au 27/03/2021

Comme chaque année, la première quinzaine du mois de mars est placée sous le signe des « Journées wallonnes de l'Eau ». Si la crise sanitaire empêche l'intercommunale IDELUX Eau d'accueillir des visiteurs sur ses sites, elle lui permet néanmoins de faire le point sur le rôle essentiel qu'elle joue pour la qualité des masses d'eau. Mais les grands défis sont aussi dans les mains de chacun d'entre nous.

Une bonne qualité des eaux de surface

La province de Luxembourg comprend 5 bassins hydrologiques : Lesse, Semois-Chiers, Moselle, Ourthe et Amblève. Pour que la qualité de ces cours d'eau et de leurs affluents soit bonne, un des rôles fondateurs de l'intercommunale IDELUX Eau est de collecter (par les réseaux d'égouttage) et d'épurer (par les stations d'épuration) les eaux usées produites par tout un chacun.

À ce jour, IDELUX Eau gère 93 stations d'épuration de tailles variables ; la plus grosse est celle d'Arlon (35.000 équivalents-habitants) et la plus petite, celle de Han (100 équivalents-habitants). Ces 93 stations d'épuration permettent d'atteindre, sur le territoire de la province de Luxembourg, un taux d'équipement en assainissement collectif de 84,8 %, la moyenne régionale étant de 92 %. Ce taux plus faible que la moyenne régionale s'explique notamment par la dispersion de l'habitat. Cela représente quand même en moyenne chaque année plus de 40 millions de m³ d'eau traités.

En plus des ouvrages techniques, ce sont 100 collaborateurs qui travaillent chaque jour à l'atteinte d'une eau de surface de qualité.

De nombreuses stations dans les cartons

Mais ce travail est loin d'être terminé ! Après la réalisation des ouvrages de plus grande capacité, il reste maintenant de nombreuses petites stations d'épuration à construire. IDELUX Eau et la SPGE (Société Publique de Gestion de l'Eau) établissent tous les 5 ans un programme d'investissement qui définit des priorités en fonction notamment des biotopes sensibles à préserver ou en fonction d'une qualité des masses d'eau à atteindre.

Sur le territoire provincial, il reste 97 petites stations à construire pour parfaire l'épuration. 17 chantiers de collecteurs et stations d'épuration sont actuellement en cours.

Ces dossiers relèvent du programme d'investissement 2017-2021 de la SPGE qui porte au total sur 41,4 millions d'euros pour 57 dossiers et 22 communes concernées.

Les travaux d'égouttage indispensables pour assurer la collecte des eaux usées des habitations sont quant à eux programmés via les Plans d'Investissements Communaux (PIC).

Le PIC actuel (2019-2021) porte sur 13,7 millions d'euros pour 85 dossiers et 34 communes concernées. 9 chantiers sont en cours et 21 autres devraient débuter courant 2021.

Un programme d'amélioration des ouvrages existants

En parallèle à la construction de nouvelles stations d'épuration, il faut maintenir en état le parc d'ouvrages existants. Les premières stations d'épuration construites sur le territoire de l'Intercommunale datent en effet des années 70. Pour ce faire, la SPGE prévoit deux types de financement : un budget d'investissement (généralement quinquennal) pour des travaux de rénovation complète ou de mise à niveau, et un programme de dépenses annuelles pour des travaux d'améliorations plus modestes.

Au niveau de la zone couverte par IDELUX Eau, un budget d'études et de travaux d'investissement de 1,8 millions d'euros est prévu dans le programme 2017-2021. Il  concerne notamment la reconstruction de la station d'épuration de Noirefontaine (Commune de Bouillon, 1.300 EH). La part des rénovations ira croissant dans les prochains programmes d'investissement de la SPGE.

En parallèle, un budget annuel d'environ 800.000 euros est réservé chaque année pour les petits travaux menés par le personnel du service exploitation d'IDELUX Eau.

2020 fut une année exceptionnelle à ce niveau puisque des marchés de fournitures et travaux ont été lancés pour un montant total de plus de 3,5 millions d'euros !

Optimiser les consommations énergétiques des stations existantes

Les stations d'épuration sont de grosses consommatrices d'énergie électrique. Les diverses pompes et surpresseurs nécessaires au bon fonctionnement 24h/24h et à l'alimentation en air des bactéries épuratrices représentent en effet près de 20 % des coûts annuels d'exploitation. Les bâtiments administratifs et techniques des centres d'exploitation sont également consommateurs d'énergie, principalement pour leur chauffage. Un des objectifs stratégiques majeurs est donc d'améliorer l'efficience énergétique de ces installations et donc, par conséquent, de réduire la production de gaz à effet de serre. Tout un programme d'actions a été enclenché en 2020 et reprend notamment :

  • l'engagement d'un chef de projet dédié à la gestion de l'énergie ;
  • l'installation d'une unité de cogénération au biogaz à Marche-en-Famenne ;
  • l'installation de pompes à chaleur et d'un chauffe-eau thermodynamique pour les besoins en chauffage des bâtiments administratifs et techniques du centre d'exploitation d'Arlon ;
  • le remplacement d'équipements électromécaniques vétustes et énergivores (pompes et surpresseurs) ;
  • la rénovation complète et l'optimisation d'installations électriques au niveau de 7 stations d'épuration ;
  • la mise en place de 7 installations solaires photovoltaïques pour une puissance totale installée de 625 KWC en 2021-2022.

Une prise de conscience citoyenne nécessaire.

La difficulté dans la gestion des eaux usées provient notamment du fait que peu de citoyens ont conscience du devenir de leurs eaux « usées » : où s'évacuent-elles et que deviennent-elles ?.

Or, le savoir permet d'adapter ses comportements.

À l'instar des déchets, il est important de « trier », de « séparer » les différents types d'eaux usées directement au niveau de son habitation.

Les eaux claires (eaux pluviales) doivent idéalement être infiltrées dans le sol au niveau de la parcelle ; si elles sont rejetées dans les égouts, elles saturent inutilement les réseaux et diluent les eaux usées, ce qui affecte le fonctionnement de la station d'épuration. À l'inverse, les eaux usées doivent impérativement être traitées par une station d'épuration (principalement collective) et, dans ce cas, les maisons doivent se raccorder aux égouts communaux.

La sensibilisation à ces problématiques est assurée au quotidien par les conseillers en environnement de l'Intercommunale, notamment par le biais de brochures, capsules vidéos, mémentos, conseils....

Les Journées wallonnes de l'Eau 2021 n'autorisent pas de visites de terrain, mais elles sont, pour l'Intercommunale, l'occasion de sensibiliser les citoyens à la thématique de l'eau au travers de la diffusion de vidéos et d'un petit concours au départ de la page Facebook IDELUX Eau&Environnement.

La gestion des eaux a donc encore face à elle une belle marge de progression, et les efforts collectifs sont encore nécessaires pour tendre vers un environnement de qualité.

Période de l'événement

Du 12/03/2021 au 27/03/2021

Lieu

Arlon

S'adresse à

Particulier

Mots-clés

Eaux uséesIDELUX EauSensibilisationStation d'épuration

Toute l'actualité