Accueil > Actualité > La volonté de dynamiser l'Ardenne transfrontalière

La volonté de dynamiser l'Ardenne transfrontalière

Le 29/01/2020

Une feuille de route sera disponible à l'horizon de ce mois de mars 2020. Les acteurs du territoire sont invités à se l'approprier pour passer à l'action.

Le constat s'impose depuis longtemps maintenant : le sud de l'Ardenne est vécue comme un quasi cul-de-sac tant du côté belge que du côté français. Avec de nombreuses conséquences pour les populations qui y vivent, qu'il s'agisse de se déplacer, de travailler, de se soigner, d'étudier...

Au-delà des constats, que faire et comment pour tenter de dynamiser ces régions ?

Cette réflexion est menée côté belge par IDELUX et par le Bureau économique de la province de Namur. Et côté français par le MOT (Mission opérationnelle transfrontalière). Elle est respectivement financée par le Gouvernement wallon et par Ardenne Métropole via le MOT. La mission confiée au consortium est d'élaborer une véritable stratégie pour l'Ardenne transfrontalière.

Derrière ces grands mots, que trouve-t-on ?

Tout d'abord, une synthèse des constats posés par les uns et les autres : quels sont les points de convergence ? Quels sont les points de divergence ? Bref, avant de « soigner le malade », il faut poser le meilleur diagnostic possible et le voir partagé par le plus grand nombre.

Le diagnostic a mis en évidence 6 grands thèmes porteurs de développement transfrontalier. Quatre ont été approfondis par le consortium : la santé, la mobilité, la formation et l'enseignement supérieur.

Un exemple est éclairant : près de 6 500 français.e.s viennent, chaque jour, travailler en province de Luxembourg. Pourtant, aucune ligne ferroviaire ne relie ne serait-ce que Sedan à Florenville ou Bouillon. Pourquoi ne pas imaginer une ligne de bus partant de Charleville et Sedan à destination des pôles d'emploi comme Libramont ou Arlon ? Ou encore : imaginez un tracas de santé qui se présente côté belge (ou français), à proximité de la frontière. Pourquoi ne pas imaginer une solution qui permettrait à un médecin ou un service de garde situé de l'autre côté de la frontière d'intervenir si nécessaire.

IDELUX a mené un intense travail relationnel auprès de nombreux « décideurs ». 150 d'entre eux se sont réunis récemment pour identifier les projets utiles à mener à court, moyen et long terme, au départ du diagnostic posé.

Une solide réflexion est en passe d'aboutir avec la proposition d'une « feuille de route » qui met en évidence les nombreuses pistes d'action identifiées. Elle devrait être validée par les parties prenantes pour la fin mars.

Parallèlement, IDELUX va stimuler de toutes les façons l'appropriation du contenu de cette feuille de route pour qu'il se traduise en actions concrètes destinées à améliorer le quotidien de milliers de nos concitoyens.

C'est au pied du mur qu'on verra ... les maçons ! Le passage de relais se prépare activement.