Accueil > Actualité > Technicien d'exploitation : un job essentiel pour la qualité de nos eaux

Technicien d'exploitation : un job essentiel pour la qualité de nos eaux

Le 15/07/2022

Nous sommes partis à la rencontre d'une équipe de techiciens d'exploitation de la zone de Marche-en-Famenne. Dévouvrez ci-dessous ce métier peu connu, mais varié et essentiel pour préserver notre environnement.

Un planning d'interventions bien préparé en amont

Dans la gestion des ouvrages d'assainissement (stations d'épuration, déversoirs d'orage, stations de relevage,...), rien ne peut être laissé au hasard. Comme ils fonctionnent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et qu'un dysfonctionnement peut avoir des conséquences importantes sur les outils mais aussi sur la qualité des eaux de surface, il faut les surveiller et les entretenir en permanence.

Chaque semaine, un planning bien précis règle le travail de l'équipe. Objectif : passer toutes les semaines dans chaque station d'épuration, tous les mois sur les relevages, en fonction des besoins dans les déversoirs d'orage et gérer quotidiennement les alertes reçues.

Si des problèmes de réparations ou d'entretiens identifiés lors de ces visites ne peuvent pas être pris en charge directement, l'information est remontée vers le chef d'équipe.  C'est alors au tour des cellules plus spécialisées (maintenance, électricité, télétransmission, programmation,... ) d'intervenir sur le terrain.

Les stations d'épuration sont entièrement automatisées

En fonction du type d'alerte, les équipes savent  à quelle vitesse elles doivent intervenir sur place. Une simple coupure de courant et hop... un signal d'alerte est envoyé.Un système de garde est mis en place pour gérer ces alertes et au besoin se rendre sur l'ouvrage concerné.

En 2021 : 467 heures de garde ont été prestées au sein d'IDELUX Eau

Capacité d'analyse et sens en éveil 

Nous commençons notre visite de terrain par le contrôle de la station de relevage située en bord de l'Ourthe dans le centre de Durbuy (notre équipe contrôle aussi la station de démergement voisine du MET).

Trois contrôles importants sont réalisés :

  • le relevé des heures de fonctionnement des pompes –si elles ont trop ou trop peu fonctionné – c'est qu'il y a probablement un dysfonctionnement

  • le fonctionnement des pompes de relevage
  • un test de télégestion pour vérifier que le système d'alerte vers la station de Marche est opérationnel

Nous nous rendons ensuite à la station d'épuration de Durbuy (1.200 EH) et à celle de Bomal (11.300 EH) pour le contrôle hebdomadaire.

Si le principe d'une station d'épuration est relativement simple, son fonctionnement est complexe et les points à contrôler sont nombreux !

Fonctionnement des pompes et des sondes, relevé des paramètres de la station, prise d'échantillons, contrôle des matières en suspension dans le bassin d'aération et de la limpidité de l'eau dans le bassin de décantation, vérification du niveau des boues, test de télégestion... et cette liste n'est pas exhaustive !

Il faut interpréter les informations relevées sur le terrain et adapter le pilotage de la station en fonction. Il faut identifier les maintenances et les réparations à faire, les planifier et les exécuter si possible.

Même à l'odeur et à la couleur de l'eau ils sont capables de détecter un problème sur la station d'épuration !

Le secteur d'exploitation de Marche-en Famenne en quelques chiffres :

5 secteurs d'exploitation gèrent les 95 stations d'épuration d'IDELUX Eau

La zone d'exploitation de Marche-en-Famenne gère

  • 7 communes

  • 16 stations d'épuration

  • 26 stations de relevage

  • 98 déversoirs d'orage

Travailler dans le secteur de l'eau vous intéresse?

Découvrez nos offres d'emploi ou posez votre candidature spontannée : jobs

Date événement

15/07/2022

Lieu

Durbuy

S'adresse à

Particulier

Mots-clés

IDELUX EauStation d'épuration

Toute l'actualité